Design-Build

«Design-build est un mode de réalisation qui permet au maître d’ouvrage de n’avoir affaire qu’à une seule entité responsable pour un projet. Mais la véritable force de ce modèle réside dans la collaboration et le travail d’équipe qu’il instaure entre les membres du groupe. Ce degré de collaboration est nécessaire pour ancrer de véritables innovations dans notre industrie.»

Rick del Monte, président du conseil d’administration, Design-Build Institute of America, et directeur général/directeur design national, The Beck Group


Le modèle de prestation SIA a été élaboré il y a plusieurs décennies sur la base du système linéaire Design-Bid-Build. Un modèle de ce type était logique dans la mesure où les outils de communication de l’époque ne permettaient pas d’adopter une approche intégrée. Le fait qu’il persiste aujourd’hui encore perturbe la réalisation des projets avec des problèmes qui n’ont plus lieu d’être à l’heure actuelle.

Le processus classique Design-Bid-Build n’a pas sa place dans un univers immobilier intégré. Les maîtres d’ouvrage ont donc intérêt à évaluer systématiquement les autres méthodes de gestion de projet. Leur choix doit se fonder sur leurs besoins propres et sur les impératifs spécifiques du projet.

La méthode dite du «Construction Manager» correspond au modèle de l’assistance à maîtrise d’ouvrage en Suisse. On attribue généralement la réalisation du projet à un soumissionnaire unique, ou encore à une entreprise générale/entreprise totale (EG/ET). Dans ce modèle, l’entreprise exécutrice n’est pas intégrée au processus de planification, ce qui représente un sérieux inconvénient du point de vue de la transformation numérique souhaitée du chantier de construction.

A l’heure actuelle en Suisse, les soumissionnaires qui participent aux concours portant sur les études et la réalisation utilisent soit la méthode du directeur de la construction exposé au risque ou «CMAR – construction manager at risk» (entreprise totale sans prestataires d’exécution dans l’équipe), soit la méthode «Design-Build» (entreprise totale avec entités exécutrices directement intégrées à l’entreprise ou sous forme de groupe de travail). Dans l’optique du chantier de construction numérique, la méthode Design-Build offre des perspectives particulièrement intéressantes.

Le groupe de travail doit être envisagé alors comme un modèle de collaboration au sein de nouveaux écosystèmes (cf. Pourquoi The Branch).

Pour les maîtres d’ouvrage professionnels dont les compétences en matière de coûts et de procédures sont au niveau de celles d’une entreprise totale, la méthode de réalisation de projet intégrée (IPD – integrated project delivery) est également une possibilité. Elle est très étudiée actuellement en recherche & développement et quelques projets pilotes la mettent à l’épreuve. Cette méthode prévoit d’intégrer le maître d’ouvrage dans la réalisation du projet en termes de contrats, de financement et de procédures. Elle semble encore très (probablement trop) délicate à gérer à l’heure actuelle. Pour l’instant, la méthode devrait donc intéresser avant tout les projets où l’entreprise totale est également le maître d’ouvrage, ce qui permet de limiter le champ d’application du modèle.